Accueil du guide de l'entrepreneur / Gérer / Croissance : comment la financer ?

« La croissance est gourmande en ressources financières »

QUIZZ

  • Les études de marché et le plan de développement dont je dispose m’ont permis d’évaluer et de limiter le risque lié à la croissance
  • Mes tableaux de financement intègrent l’augmentation des besoins en trésorerie liés à une augmentation du chiffre d’affaires
  • Ma trésorerie me permettra d’attendre les premières retombées de ces investissements, même si elles ne sont pas immédiates
  • Mon entreprise dispose de réserves susceptibles de financer une partie des investissements
  • Mon niveau d’endettement actuel me permet de recourir à de nouveaux emprunts
  • Mes associés sont prêts à financer cette croissance, ou à ouvrir le capital

Si vous avez coché toutes les cases, vous pouvez passer cette fiche.
Sinon... bonne lecture !

Pour nous contacter,
remplissez le formulaire ci-dessous

VOTRE ENTREPRISE

VOUS

Croissance : comment la financer ?

Si la croissance demeure une stratégie efficace pour renforcer sa position sur un marché, elle présente aussi certains risques liés au financement de cette période charnière où l’investissement est un pari sur la rentabilité à venir.

Financer plus que le matériel

  • Dans une logique de croissance, l’accent est souvent mis sur l’investissement matériel : l’accroissement des capacités de production.
  • Les investissements immatériels, tels que la R&D, les études de marché, ou les études de faisabilité, ne doivent pas être négligés
  • Parallèlement à l’accroissement prévu du chiffre d’affaires, l’augmentation des stocks et du volume de l’encours client vont entraîner une variation du BFR qu’il faudra financer
  • Le décalage dans le temps entre l’acquisition des nouvelles capacités de production, et l’atteinte du chiffre d’affaires attendu nécessite aussi un financement
  • L’accroissement de l’effectif, les besoins en formation, ou la création de nouveaux postes sont également à anticiper

Choisir entre les différentes ressources financières

  • L’autofinancement suppose que les réserves de l’entreprise en terme de trésorerie soient suffisantes pour financer la croissance sans faire courir de risque au reste de l’activité
  • L’apport de capitaux personnels est perçu comme un gage de la confiance que le dirigeant a en son projet
  • Le recours à l’emprunt nécessite un business plan solide, ainsi qu’un taux d’endettement acceptable. L’emprunt bancaire sera généralement complémentaire des autres sources de financement
  • L’ouverture du capital à de nouveaux actionnaires demande non seulement des études préalables et un business plan convaincants, mais sous-entend également de modifier les règles de gouvernance de l’entreprise

En tout état de cause, un nouveau projet de croissance doit dégager la Capacité d’Auto-Financement (CAF) nécessaire pour rembourser les financements mis en œuvre.